Traits en Savoie
Vous êtes ici : Accueil » Reportages » Fêtes et salons » Altitude 1172m : Les Gets, 15 ème Festival international de la musique (...)

Altitude 1172m : Les Gets, 15 ème Festival international de la musique mécanique (nouvelles photos).

D 3 novembre 2012     H 07:37     A Traitgenevois     C 1 messages


 
Les fous de la manivelle, les passionnés de la chanson de rue, les inventeurs de machines musicales, les amoureux de l’orgue, les fanas de musique mécanique, les saltimbanques, les poètes, les poétesses, les rêveurs et les rêveuses, tous s’étaient donnés rendez-vous dans la station du Chablais pour ce 15ème Festival international de la musique mécanique.
Les chevaux étaient également de la partie. L’ Association de la Musique Mécanique des Gets s’était adressée à Traits en Savoie pour distribuer boissons et repas aux musiciens du festival.
Un festival placé cette année sous le signe de l’amour.
 
Je t’aime un peu, beaucoup, à la folie...
Amour fou, amour passion, amour coquin, amour galant ou amour tendre, toutes les formes de l’amour furent célébrées au long de ces trois jours.
 
Souvent avec humour et toujours en musique.
 
Vendredi les artistes accourus de toute l’Europe (en tout plus de 450) se sont retrouvés dans la rue principale de la station pour la grande parade d’ouverture.
Comme souvent cette année, le ciel était menaçant.
Les chevaux ont été préparés au calme.
 
 
Que ce soit près des parcs...
 
ou un peu à l’écart des cortèges.
 
Mais ensuite ils se sont retrouvés immergés dans un flot de musiques qui s’échappait de tous les instruments capables de se déplacer.
 
Et de ceux positionnés le long du parcours.
 
La pluie qui s’était montrée discrète s’est mise à tomber à la fin de la parade.
 
Le samedi, c’est sous un soleil revenu que nous avons distribué les boissons aux artistes.
Le cheval a alors pu faire preuve de son efficacité dans ce contexte un peu particulier.
Nos partagions la chaussée avec les spectateurs, les petits trains touristiques et les automobiles sur les tronçons ouverts à la circulation.
Les arrêts étaient fréquents pour répondre aux demandes des musiciens.
 
Les chevaux n’émettent pas de rejets toxiques, s’arrêtent, repartent, se garent facilement et font même des créneaux. Des qualités bien pratiques dans des rues envahies par le public.
 
Ils favorisent le contact que ce soit avec les petits ou les grands.
 
Le soir nous avons participé à la distribution des repas dans les rues.
 
De nouveau le dimanche distributions de boissons et grande parade de clôture du festival étaient au programme de la journée.
 
 
Nous avons également collecté des bouchons plastiques au profit de l’association "Les bouchons d’amour".
 
Au final,un festival joyeux, surprenant, loufoque, poétique et surtout plein de musique.
 
Tout au long de ces trois jours il nous aura été donné de voir ou d’écouter des machines ou des instruments étonnants.
Nos y avons entendu, outre les orgues de barbarie, du jazz, des chanteurs des rues, des instruments bizarres (oui, j’ai dit bizarres...), des orgues tout petits et d’autres géants.
La créativité de certains est vraiment étonnante, la bonne humeur de tous communicative.
 
Il est de tradition à la fin du festival, qu’un jury décerne des prix aux artistes qui ont su se distinguer. Des manivelles (bien sûr !) sont attribuées. De bronze, d’argent ou d’or, elles récompensent les lauréats dans diverses catégories,spectacles, créativité, animations...
 
A notre grande surprise ( et joie !), l’association s’est vue attribuer le "Prix spécial coup de coeur du jury".
 
 Un spectacle pyrotechnique a été proposé pour la clôture du festival : "Les feux de l’amour" comme il se doit.
 
Quelque artistes que nous avons rencontré de près ou de loin.
 
 
Maurice le gaulois le musicien assez courageux pour embarquer sur notre attelage.
Paul Fernique, Créaclo. poésie, musique et humour. (photo 14).
Le Mécanophone. musiques populaires, classique, jazz.! (photo 23)
La compagnie Stromboli. et ses vélos bizarres (photo 4).
Manivelle et P’tits trous. (la voiture bleue dans le corps du texte)
Déklic Théatre Tonik (La Mékanibulle) contact :schahan wanadoo.fr (photo 19 et suivantes)
Phil et Noëlle. Mime et poétesse (photo 18).
 
Il en manque, mais il y en avait 450 !
 
Merci à Jérôme et Isabelle pour leurs photos.
 
Et chapeau bas aux organisateurs.
 
 
 
 
 
 
 
 

Portfolio

  • 01 . Préparation de l'attelage qui va transporter un artiste bruxellois (...)
  • 02 . Sérieux et concentré.
  • 03 . L'accordéoniste et son attelage sont à pied d'oeuvre pour la (...)
  • 04 . Les drôles de vélos de la compagnie Stromboli.
  • 05 Tout ce qui roule fait partie du cortège.
  • 06 Urion est arrivé sur la place, point final du défilé.
  • 07 . Pendant de temps, certains font les clowns.
  • 08 . Retour dans des rues redevenues praticables.
  • 09 . Le samedi, changement d'ambiance. le soleil est revenu...
  • 10 . ...et avec lui les musiciens...
  • 11 . ....se remettent à chanter.
  • 12 . Au même moment, certains membres de Traits en Savoie travaillent (...)
  • 13 . Pendant que d'autres s'entrainent à Naf-Naf, Nif-Nif et (...)
  • 14 . Des p'tits trous, des p'tits trous toujours des p'tits (...)
  • 15 . Préparation en début d'après-midi.
  • 16 . La distribution des boissons commence pendant que se déroule à la mairie (...)
  • 17 . C'est par là la sortie ?
  • 18 . Bernard imite Phil, qui imite Bernard, qui imite Phil, qui (...)
  • 19 . Ca c'est de la bicyclette ! La Mékanibule, énorme machine à faire (...)
  • 20 . Et des bulles, elle en fait. Des milliers...
  • 21 . ...qui irisent le paysage.
  • 22 . Urion et son entourage continuent de distribuer les boissons.
  • 23 . La nuit tombée sur Les Gets se peuple de machines fantastiques.
  • 24 . La Mékanibulle devient vaisseau...
  • 25 . ... monstre mythologique échappé d'un étrange bestiaire...
  • 26 . ...ou machine céleste flottant dans l'espace.
  • 27 . De ses structures, à moins que ça ne soit de ses flans, s'échappe de (...)
  • 28 . Impassible et solitaire, un joueur d'orgue continue de distiller (...)
  • 29 . Une nuit où même le Yéti est descendu en ville !
  • 30 . Le dimanche matin, ouverture des orgues de rue.
  • 31 . Orgue décoré dans un esprit Montagne.
  • 32 . Le Mécanophone, ça trompe...
  • 33 . ...ça trompe...
  • 34 . ...ça trompe énormément.
  • 35 . Sur la place centrale, le coeur est presque rempli de bouchons. Il le (...)
  • 36 . L'après-midi sera de nouveau consacré à la distribution de boissons (...)
  • 37 . Le carillon de la fonderie Paccard.
  • 39 . Puis la grande parade de clôture se met en place.
  • 40 . Happy et Orage passent le temps.
  • 41 . Dans la rue, les musiciens attendent aussi le départ.
  • 42 . Un duo de charme.
  • 43 . Alors, ce départ, c'est pour quand ?
  • 44 . Perdus dans la foule, un accordéoniste, Prince et son meneur. Vous les (...)
  • 45 . Fin de parade, tout le monde prend le chemin du retour.
  • 46 . Happy passe une dernière fois devant son bar préféré.
  • 47 . Prince ramène son lot de spectateurs.
  • 48 . Les chemins se séparent...
  • 49 . Quelques suppléments. D'abord notre passager.
  • 50 . Ca à l'air de bien rigoler par ici !
  • 51 . Envolée de bulles.
  • 52 . L'amour...
  • 53 . Captain Malo auteur avec Paul Fernique d'un numéro d'orgue (...)
  • 54 . Dialogue de papys (le cheval est jeune...).
  • 55 . ...voilà, c'est fini.

1 Messages